GSY REVIEW | PC, PS4, Xbox One Mercredi 13 février 2019 | 16:00

GSY Review : Metro Exodus

GSY Review : Metro Exodus

Attendu par les fans, mais également par tous ceux qui apprécient les prouesses visuelles, Metro Exodus arrive enfin en boutique cette semaine, et c’est grâce à celle d’Epic Games que nous pouvons vous en parler aujourd’hui. L’occasion de vous préparer une jolie salve de vidéos de la version PC, et vous expliquer ce qu’il vous faut attendre de ce nouvel épisode.
Note : Tous les extraits ont été capturés avant la sortie des derniers drivers Nvidia officiels.




Toupet russe

Après deux épisodes centrés sur les couloirs du métro moscovite, la série de 4A Games adaptée des romans éponymes de Dmitry Glukhovsky ose l'impensable. Au mépris du titre même de leur franchise, les développeurs polonais ont en effet décidé d'abandonner les souterrains de la capitale russe pour nous entraîner dans une toute autre aventure, à la découverte d'une campagne post-apocalyptique bien plus lumineuse. Un sacré risque quand on y pense. Si, une fois les chapitres d'introduction terminés, on laisse derrière nous l'architecture décrépite de Moscou pour découvrir un pan nouveau de l'univers imaginé par Glukhovsky, on y retrouve néanmoins le héros des deux épisodes précédents. Persuadé que la vie ne se limite pas aux entrailles de celle que l'on surnomme la Troisième Rome, Artyom n'a de cesse d'essayer d'établir le contact avec l'extérieur dans l'espoir de prouver à tous qu'il ne se trompe pas. Si ses tentatives se sont révélées infructueuses jusqu'à présent, au point que son beau père lui reproche de risquer sa vie sans se préoccuper de sa femme, une énième expédition à la surface va venir bousculer l'ordre établi. Après quelques péripéties au sein même de la ville blanche, Artyom et celle qui partage sa vie (Anna) vont se retrouver à bord de l'Aurora, un train emprunté à un groupe armé qui va devenir leur nouveau chez-eux. Ils ne seront évidemment pas seuls pour affronter l'épopée qui les attend, mais nous éviterons de vous en dire trop pour vous laisser découvrir les prémices de l'histoire par vous-même. Sachez seulement qu'au gré de leurs arrêts, ils auront l'occasion de rencontrer divers personnages qui se joindront parfois au voyage.

Comme dans les deux premiers opus, on prend donc part à une quête vers l’inconnu à l’issue incertaine, mais cette fois, la promesse de paysages variés et moins confinés vient bousculer quelque peu la formule établie depuis 2010. Une nouvelle recette qui ne vient cependant pas tout remettre en cause, le jeu alternant assez habilement les phases un peu plus libertaires à celles nettement plus linéaires auxquelles la série nous avait habitués. Les tunnels du métro étaient l’occasion de croiser la route de factions dangereuses aux idées souvent radicales, mais l’odyssée d’Artyom dans la Russie post-apocalyptique de Glukhovsky ne se fera pas sans son lot de personnages dérangeants, voire dérangés. Le petit groupe de survivants qui suit le héros apporte une dimension moins solitaire à l’aventure, même si Artyom devra régulièrement affronter le danger seul. Reste que l’on finit par s’attacher à ces différents protagonistes, grâce aux quelques conversations que l’on peut suivre dans les passages d’exposition plus narratifs, comme lorsque le train se rend à sa prochaine destination le temps d’un chapitre. Sam, Damir, Idiot, Stepan, Katya, Nastya, Krest, Alyodha, Tokarev, Yermak, Miller, Duke, autant de personnalités que l’on apprendra à connaître au fil des heures et qui donneront un certain corps à l’aventure. Le doublage anglais conserve la même saveur un brin kitch que celui des deux premiers volets, mais on se sent néanmoins responsable de tout ce petit monde et la construction moins linéaire de certaines portions du jeu donne l’occasion de leur rendre quelques petits services pour nous amener à tisser des liens plus étroits avec eux. Ce n’est certes pas grand chose, cela n’a rien de fondamentalement novateur en soi, mais cela fonctionne bien dans ce contexte de fin du monde.



Les Métros de l'Univers

Tout cela est bien évidemment rendu possible par la nouvelle approche de ce troisième épisode, qui ne se contente pas de faire prendre un bon bol d’air frais à ses personnages principaux, mais les met aussi en scène dans des zones nettement plus ouvertes que par le passé. Autrefois cantonné à un itinéraire bien défini, posé sur les rails du métro moscovite au sens littéral comme au figuré, le joueur va découvrir ici des espaces plus propices encore à l’exploration. Volga, Caspienne et Taiga, trois cartes plus ou moins vastes qui offriront trois ambiances radicalement différentes et des adversaires distincts. Dans chaque nouvelle zone, plusieurs tâches vous seront allouées, certaines étant nécessaires pour progresser dans l’aventure principale, tandis que d’autres resteront totalement optionnelles. Vos équipiers vous proposeront rapidement une reconnaissance de l’endroit où vous venez d’arriver en indiquant sur votre carte les points d’intérêt majeurs. Camps de bandit, vieux complexe scientifique, station service, bateau échoué servant de bétaillère pour esclaves, inutile de préciser qu’il ne s’agira pas de destinations très accueillantes. Mais au delà du plaisir que leur exploration procurera chez tout aventurier survivaliste en herbe, tous ces lieux ont toujours un petit quelque chose en plus à offrir pour récompenser la curiosité d’Artyom. Ainsi, le fringant jeune homme trouvera régulièrement de meilleures pièces d’équipement (masque à gaz plus solide, lunette de vision nocturne, gilet permettant de transporter plus de munitions, etc.) pour accroître ses chances de réussite face aux nombreux dangers qui l’attendent. Loin de la civilisation souterraine de Moscou, il ne pourra hélas plus compter sur les boutiques pour faire le plein de balles, de réserves d’oxygène ou de kits de soin (on rappelle que la vie ne se régénère pas dans les jeux Metro).

En effet, plus besoin de farfouiller en espérant dénicher quelques précieuses munitions d’avant guerre (faisant office de monnaie locale à Moscou, car plus puissantes et plus efficaces que celles confectionnées après l’Apocalypse), il n’est désormais plus question que de crafting. Comme dans Metro 2033 et Metro Last Light, on ne devra négliger aucun recoin à chaque nouveau lieu découvert, mais la récolte se concentrera cette fois sur les ressources nécessaires à la confection de votre équipement (couteaux de lancé, grenades, cocktails molotov, balles de différents calibres, filtres à air, etc.). Pour ce faire, il faudra tout d’abord trouver un établi dans l’un des nombreux abris croisés sur votre route. Il est également possible de préparer quelques items de première nécessité (comme les kits de soin par exemple) sur le terrain, en ouvrant son sac à dos pour avoir accès à tout son matériel. C’est aussi de cette manière que l’on peut modifier les deux armes que l’on transporte, à la manière de ce que proposait Crysis en son temps. Cela permet d’adapter son équipement à la situation, mais attention de le faire bien à l’abri. Le loot des cadavres ennemis et de leurs armes est bien sûr toujours au programme, puisque c’est ainsi que l’on peut obtenir diverses modifications pour l’arsenal d’Artyom (lunette de visée, silencieux, chargeur plus conséquent, etc.). Changer les pièces d’une arme affecte ses statistiques, mais il est également important de la nettoyer régulièrement, sous peine de la voir perdre en précision et en efficacité. Quand on sait l’importance de la moindre balle dans l’univers du jeu de 4A Games, on ne néglige pas son matériel. Pour autant, si l’on se retrouve parfois pris au dépourvu, à moins de vouloir se frotter à toute la faune hostile des zones plus ouvertes, le stock de munitions transporté est généralement suffisant pour s’en sortir.



Stalker Texas Rangers

N’allez cependant pas croire que Metro Exodus ne propose aucun espace confiné plus proche de l’esprit des anciens volets. Qu’il s’agisse d’endroits spécifiques auxquels on accède via l’une des trois grandes cartes que l’on traverse, ou de chapitres dédiés qui entraînent Artyom et ses amis dans des séquences bien plus dirigistes, ce qui faisait le charme de la série est bien toujours d’actualité. Quelle que soit la situation, l’approche peut tout aussi bien être furtive que frontale (le choix étant souvent laissé au joueur, même s’il peut aussi être imposé selon le cas). La descente dans une ancienne base militaire infestée d’araignées mutantes sensibles à la lumière est un exemple parmi d’autres, et devrait rappeler quelques souvenirs aux connaisseurs. Tout aussi efficaces que par le passé, les passages plus linéaires font cependant l’effort de placer les gardes ennemis de telle manière à faciliter l’infiltration, sans que celle-ci ne révèle trop les failles de l’IA (qui demeurent malgré tout). En résulte une approche de la furtivité assez grand public, qui ne devrait pas poser de grande difficulté aux vétérans du genre. La partie action nous a semblé plus maîtrisée que par le passé, à condition de bien désactiver l’aide à la visée dans les options (celle-ci ressemblant plus à un autolock qu’autre chose). On regrette juste de ne pas pouvoir pousser plus la sensibilité du stick droit à la manette, les mouvements de la caméra s’avérant un peu trop lents à notre goût. La grande variété de l’arsenal est une excellente chose en revanche, et la construction des lieux plus ouverts permet d’utiliser l’environnement à son avantage dans les zones plus étendues. Notons toutefois le manque de peps de certaines séquences qui se veulent pourtant dynamiques, mais qui peinent à convaincre, tant par leur mise en scène que par les sensations qu’elles procurent.

La narration n’est heureusement pas oubliée, puisque des passages uniquement contemplatifs sont régulièrement insérés lors des longs trajets en train. On peut y prendre son temps, écouter ses compagnons de route, interagir avec eux, et s’imprégner de l’ambiance de camaraderie qui règne dans le groupe. Une bonne idée qui vient renforcer la cohésion de l’ensemble, même si, comme nous l’évoquions déjà plus haut, le doublage anglais de nos amis Rangers n’est pas aussi percutant qu’il le devrait pour rendre certains événements clefs plus marquants (il existe une VF mais nous n’avons pu l’essayer). Pour ce qui est du scénario lui-même, on n’évite pas certains poncifs du genre, et il sera difficile d’être très surpris par le déroulement de l’intrigue, qui laisse entrevoir ses retournements de situation d’un peu trop loin. Pour autant, le jeu de 4A Games soigne ses ambiances, empruntant parfois à des grands classiques du film post-apocalyptique comme Mad Max, le temps d’un arrêt en bord de mer Caspienne dans des étendues désertiques où l’on se déplacera en petite camionnette rafistolée de tous les côtés. Il faudra également faire travailler vos bras sur la Volga, si vous avez le courage de braver les eaux à bord des petites barques mises à disposition des aventuriers qui ne craignent pas les créatures aquatiques locales. Il faudra même jouer les aiguilleurs de train pour ramener une petite locomotive et ses wagons jusqu’à l’Aurora dans l’une des missions principales de la première zone de jeu étendue. On sent donc tout le travail qu’a dû mener le studio polonais pour proposer une plus grande variété de lieux et de situations, sans pour autant tomber dans le piège des mondes ouverts qui submergent le joueur d’un nombre effarant d’activités superflues. Le jeu est donc plus à appréhender comme un titre hybride né de la fusion de deux recettes distinctes que comme une volonté du studio de prendre le train des expériences en monde ouvert en marche.



L'œuvre d'Artyom, ça rame (de métro)

Dévoilée en juin 2017 pendant l’E3, la première séquence jouable de Metro Exodus avait fait sensation à l’époque. Il faut dire que le jeu affichait des ambitions assez incroyables visuellement, ce qui, quand on sait combien les joueurs attendent au tournant les développeurs à ce niveau, avait laissé tout le monde aussi enthousiastes que dubitatif. Pourtant, le studio polonais avait déjà prouvé ce dont il était capable dans Metro 2033 et sa suite qui, aujourd’hui encore, n’ont rien perdu de leur superbe. Les passages en extérieur de Last Light étaient déjà sublimes, il restait donc à savoir si l’ouverture des zones de jeu n’allait pas avoir un impact négatif sur le rendu visuel. Presque deux ans après, nous pouvons vous affirmer que le contrat est rempli sur PC. S’il existe bien quelques textures ou certaines parties des décors qui jurent un peu, dans l’ensemble, Metro Exodus est un titre absolument splendide, tant graphiquement qu’artistiquement. Les nombreux détails au sol, le travail sur les différentes matières, la distance d’affichage assez incroyable, tout participe à la création d’environnements particulièrement crédibles. Les effets de lumière ne sont évidemment pas en reste, avec une gestion excellente de jour comme de nuit, le jeu profitant désormais d’un cycle en temps réel et d’une météo dynamique. On peut donc tout à fait laisser le temps passer normalement, où se coucher dans un abri pour aborder une mission en mode nocturne pour être encore plus discret. Et les skyboxes, parlons-en ! Si vous aimez admirer le ciel, qu’il soit virtuel ou non, vous allez en prendre plein les yeux ! Mais plus qu’un long discours, la meilleure façon de vous le prouver est de vous inviter à jeter un œil à nos nombreuses vidéos.

Le prix à payer pour tout cela est évidemment assez conséquent. Si le document accompagnant le code PC que nous avons reçu nous conseillait de nous limiter au preset de réglages graphiques élevé pour profiter du jeu en 1440p/60fps avec une 1080 Ti, les choses ne sont pas aussi simples dans les faits. Dans les zones plus confinées ou les passages linéaires, notre configuration (GTX 1080 Ti et i9 9900K) nous a toujours permis de profiter du mode ultra en 1440p (sachant qu’il existe également une configuration extrême, encore plus exigeante). Dans le niveau de la Volga, en dehors de certains points de vue très en hauteur, où le nombre d’éléments affichés peut rapidement être important, le framerate se maintenait également à 60 images par seconde en ultra et en 1440p, avec de meilleures performances de nuit. Nous avons bien subi quelques baisses plus marquées en nous déplaçant parfois, ce que nous avons mis, soit sur le streaming de la map, soit sur l’absence de drivers dédiés au moment du test. Dans la seconde grande zone (désertique) en revanche, la configuration ultra donnait bien du mal à notre matériel, nous obligeant à choisir le preset élevé, pour un résultat convaincant, aussi bien en termes de performances que de rendu visuel. Tout juste peut-on regretter l'apparition un peu tardive de certains éléments du décor (une photo sur un mur, un corbeau posé par terre). Le dernier niveau plus étendu du jeu, la Taiga, s’est toutefois avéré bien plus gourmand encore, comme en atteste la vidéo qui dévoile l’arrivée d’Artyom dans cet environnement forestier.

C’est bien simple, même en baissant la résolution du jeu en 1080p, les baisses de framerate sont inévitables de jour à certains endroits. On espère donc très fort que les pilotes qui arriveront certainement cette semaine viendront arranger les choses, car il n’existe aucun preset custom pour choisir soi-même les éléments que l’on est prêt à sacrifier pour gagner quelques images par seconde. Il est seulement possible de désactiver la tesselation, la physique avancée et hairwork. Un peu chiche pour une version PC… Nous avons bien essayé de trouver le fichier de configuration du jeu, pour voir s’il était possible d’imposer certaines modifications, mais sans succès pour le moment. En attendant de recevoir notre GTX 2080 Ti jeudi, nous n’avons pu tester les bienfaits du ray tracing, mais notre camarade John de Digital Foundry nous a longuement vanté ses mérites, même s’il faut pour cela limiter le framerate du jeu à 30 images par seconde pour ne pas subir les aléas d’un rafraîchissement d’image fluctuant. Metro Exodus est donc clairement un jeu pensé pour l’avenir, de ces titres que l’on ressortira régulièrement pour constater les améliorations apportées par des cartes graphiques plus performantes, comme Crysis en son temps. On s’inquiète donc assez logiquement pour les versions consoles, que nous n’avons pu tester. Le fait même qu’il était interdit à quiconque d’enregistrer des extraits du jeu sur la PS4 et la Xbox One de base laisse peu de doute quant aux performances du jeu. D’après ce que nous avons compris, même sur Pro le résultat est loin d’être optimal. À priori, la X s’en sort mieux dans l’ensemble, mais nous vous invitons à vous renseigner chez nos amis de DF avant de sauter le pas.



Verdict


Doté d’un visuel époustouflant, surtout quand on a les moyens de pousser les curseurs à leur maximum (et d’utiliser toute la technologie actuelle, comme le DLSS, le ray tracing ou hairwork), Metro Exodus propose une bonne synthèse de ce pour quoi la série est connue et d’influences diverses. L’arrivée de zones plus ouvertes est plutôt un bienfait dans une série qui prône l’exploration et la survie, d’autant que le jeu de 4A Games n’essaie pas nécessairement de singer les productions concurrentes en monde ouvert. Comme dans les deux opus précédents, tout n’y est pas toujours parfait en termes de sensations de jeu, avec quelques passages plus poussifs que d’autres et une gestion de l’infiltration assez simplifiée, mais le travail sur l’ambiance et sur la mise en image de l’univers créé par Dmitry Glukhovsky force le respect. Une série qui se bonifie avec le temps donc et qui, en osant sortir du confinement du métro, va probablement profiter de la lumière des projecteurs grâce à ses graphismes incroyables.


Les plus


+ Graphiquement incroyable
+ La présentation générale
+ Une ambiance toujours excellente
+ Un univers qu'il fait bon retrouver
+ Metro évolue mais reste Metro
+ Les zones ouvertes apportent un plus
+ Crafting et upgrades ont un sens


Les moins


- Très grosse machine obligatoire dans les hauts presets
- Aucun preset custom sur PC, pourquoi ?
- Manque de punch de certaines séquences
- IA toujours perfectible
- Les lieux communs du scénario post-apo
- Quelques bugs à noter

PC - Artyom est de retour
PC - Moscou sous la neige
PC Ultra - La Volga
PC Ultra - L'église
PC Ultra - Exploration en Volga
PC 1080p Extreme - Gameplay
PC - Sidequest
PC - Sidequest 2
PC - Arrivée dans la Taiga
PC 1440p - Paysages

Tous les commentaires

Page 1 2 >>
Commentaire du 13/02/2019 à 17:00:17
J'ai pas le PC qu'il faut pour en profiter, pour le coup j'ai pas envie d'y jouer sur ma Pro ^^'
La claque à l'air folle sur PC.
Commentaire du 13/02/2019 à 17:08:30
Visiblement 4k native et 30fps sur x1x. Vous confirmez ?
Commentaire du 13/02/2019 à 17:17:40 En réponse à christrioul
On confirme surtout que le jeu a de moins bonnes performances sur X que sur la Xbox One de base, qui est la console qui s'en sort le mieux côté framerate à priori. Sans doute parce que la résolution est plus basse. Mais je n'ai pas vu les versions consoles, je me base juste sur ce que John m'a dit cet après midi avant la levée de l'embargo. Je doute quand même que ce soit du 4k natif sur X car le jeu tente le 60 fps.
Commentaire du 13/02/2019 à 17:24:08
Merde alors :/ je l’ai pris entre autre pour prendre une petite claque sur One X, mais dans le bon sens du terme...
Commentaire du 13/02/2019 à 17:26:48 En réponse à Soda
Ça restera très beau. ;)
Commentaire du 13/02/2019 à 17:57:06
Moi je dis vivement les vidéos RTX sur la carte de bourgeois de Drift !
Commentaire du 13/02/2019 à 18:08:57 En réponse à BlimBlim
La carte de bourgeois de Gamersyde en fait.
Commentaire du 13/02/2019 à 18:21:55
Ou sont les vidéos de globalfundry car il y a rien sur leur site ni sur leur youtube?
Commentaire du 13/02/2019 à 18:34:48
C'est marrant, je trouve vraiment pas ca fou graphiquement contrairement a ce que tout le monde a l'air de dire. Je ne sais pas si c'est la DA ou l'univers qui me parle pas mais je trouve ca quelconque. Il y a même certaines modélisation, certaines textures qui sont bien moyennes. L'ambiance est la certes mais c'est loin de me renverser. Va falloir que je puisse essayer ca plus a fond.
Commentaire du 13/02/2019 à 19:34:26 En réponse à Driftwood
Posté par Driftwood
Ça restera très beau. ;)
Des vidéos sont-elles prévu sur GSY ? :)
Commentaire du 13/02/2019 à 19:49:54 En réponse à Soda
Nope.
Commentaire du 13/02/2019 à 19:54:51 En réponse à Soda
Posté par Soda
Des vidéos sont-elles prévu sur GSY ? :)
Il n'y avait pas assez de codes pour nous (comme on avait déjà une version PC).
Commentaire du 13/02/2019 à 20:15:52
D’accord, merci.
Commentaire du 13/02/2019 à 20:28:22
Surement très beau mais bon encore un titre qui va ressortir sur PS5 dans un an pour obtenir le rendu optimal (les bugs en moins en prime).
N'étant pas fan de son gameplay (contrairement à l'ambiance que j'aime beaucoup) je passe mon tour.
Commentaire du 13/02/2019 à 21:13:52
Je le prendrai en occaz, il n'y a rien qui me presse sur des jeux solo, au gameplay déjà vu, surtout si le framerate mérite un patch. Mais il a l'air sympa en tout cas.
Commentaire du 13/02/2019 à 21:56:24
Conclusion de chez gamingbolt.com :
In conclusion, the PC is the best-looking version of Metro Exodus provided you have the hardware. However, in terms of performance, Xbox One X takes the lead over both the PC and PS4 Pro. So, overall, the Xbox One X version has a lot of good things going for it, so we recommend the Xbox One X platform for Metro Exodus for its stable frame rate, higher resolution than the PS4 Pro and an assets package that is closer to PC.

Donc du tout bon pour la x1x ;) en tous cas selon eux...
Commentaire du 13/02/2019 à 22:22:52
La conclusion de gamingbolt c'est une blague xd, Sérieusement comment la version X peut elle être au dessus de la version PC en terme de performances globales (y a qu'à voir le benchmarks de jvc) alors que tous les sites qui ont testé le jeu sur PC s'accordent à dire qu'il y a limite une gen d'écart entre cette version et la version consoles ?
Commentaire du 13/02/2019 à 23:54:18
Moi la vidéo 1440p landscapes sur ma Tv, le mouvement me donne la nausée, j'espère que manette en mains je n'aurais pas cette sensation
Commentaire du 14/02/2019 à 00:36:42
C’est préco. Je n’y jouerai que samedi mais il me tarde!!
Commentaire du 14/02/2019 à 03:03:43
Ahahhahahha les jeux de mots sur les sous titres :xD
Commentaire du 14/02/2019 à 11:59:44
Sur les vidéos comparatives, très impressionné par la version One X...

L'édition Aurora me tente fortement !
Commentaire du 14/02/2019 à 17:05:33 En réponse à Kayjiro
Posté par Kayjiro
Sur les vidéos comparatives, très impressionné par la version One X...

L'édition Aurora me tente fortement !
Sur GSY ? C'est la version PC qui est montré.
Commentaire du 14/02/2019 à 17:19:57
Dlss c est quoi concrètement ? À part un truc qui fait grimper les fps quand on a une rtx ?
Commentaire du 14/02/2019 à 19:16:41
Jolie review, ça me pousse à m'y intéresser ! Apparemment en 1080p ça tourne bien sur ma CG... JV.Com a sorti un espèce de benchmark : http://www.jeuxvideo.com/news/1000888/focus-techni...

Merci pour tout le contenu en tout cas et curieux de voir les vidéos ray-tracing avec la nouvelle CG si Drift a le temps d'en faire :)
Commentaire du 14/02/2019 à 19:36:53 En réponse à Soda
Posté par Soda
Sur GSY ? C'est la version PC qui est montré.
Je parle de vidéo comparative dispo sur le net...
Un grand merci pour cette Review !
Page 1 2 >>

A propos du jeu


Quoi de neuf ?
  • face2locust
    face2locust Merci Google d'avoir contourner ABP et de placarder des pubs partout!!! (il y a 3 Heures)
  • Piteur_Parcoeur
    Piteur_Parcoeur @Dazman: J'ai pas ressenti de difficulté insurmontable pour le moment (il y a 8 Heures)
  • Driftwood
    Driftwood @GTB: faudra déjà qu'on reçoive le jeu. Et du coup, après tout le monde, l'intérêt va être moindre... (il y a 9 Heures)
  • GTB
    GTB Une review ou impression GSY de prévu d'ailleurs? (il y a 9 Heures)
  • Dazman
    Dazman @Piteur_Parcoeur: pour le menu frottin oui mais pour les mid boss c'est plus hard. En tout cas l'ogre j'y arrive pas. (il y a 10 Heures)
  • Piteur_Parcoeur
    Piteur_Parcoeur @Dazman: J'y joue depuis ce matin et je le trouve bien plus facile qu'un Darksouls ou un Bloodborne perso (il y a 10 Heures)
  • Dazman
    Dazman @Lynn0ne: et je vois des YTbeurs qui y arrivent en 1 fois sans se faire toucher. Avec moi le boss a pas le même comportement. Bizarre. Mais je vais persister. L'univers est fabuleux. (il y a 10 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer