GSY REVIEW | PS4 Mardi 5 septembre 2017 | 09:01

GSY Review : Knack 2

GSY Review : Knack 2

Exclusivité mal aimée du lancement de la PS4 en 2013, Knack revient dans un nouvel épisode sobrement intitulé Knack 2. Un retour qui peut sembler surprenant tant on se souvient de l'accueil frigorifique d'une partie de la presse à l'égard du premier volet. Si, de notre côté, nous avions été beaucoup plus cléments que nos confrères vis à vis du jeu, nous voyions tout de même d'un œil circonspect l'arrivée de cette suite, qui ne donnait pas l'impression de se remettre en question énormément. 13 heures plus tard, nous sommes enfin en mesure de vous dire si nos craintes étaient fondées ou non.
Note : Toutes les vidéos proviennent de la version PS4 Pro.






Big Knack

Parmi les nombreuses critiques essuyées par le premier volet à sa sortie figurait la réalisation d'ensemble du titre, indigne du support “next gen”. En dehors d'une gestion assez poussée des particules composant Knack, il est vrai que l'exclusivité concoctée par SCE Japan Studio ne brillait pas par ses graphismes. Angles de caméra prédéfinis un peu anachroniques, éclairages et couleurs bien ternes, direction artistique discutable, Knack cumulait les défauts de présentation comme un demandeur d'embauche qui aurait opté pour le short et les tongs lors de son premier entretien. Pour cette suite, sans aller jusqu'à parler de révolution visuelle, les efforts consentis pour redorer le blason de la franchise sont appréciables. Le jeu dirigé par Mark Cerny ne remportera certes aucun prix pour sa plastique, mais le rendu global est nettement plus soigné, avec un affichage particulièrement propre sur PS4 Pro (d'autant plus si vous optez pour le mode résolution) et des textures plus travaillées dans l'ensemble. De fait, les cinématiques sont autrement plus agréables à regarder, celles-ci profitant des diverses améliorations au point de leur permettre de se rapprocher d'un film d'animation (toutes proportions gardées). L'implémentation du HDR, bienvenue sur le papier, déçoit cependant, la faute au voile gris qu'il ajoute à l'image. Pousser la luminosité au maximum dans les options du jeu s'avère assez efficace pour contourner en partie le désagrément, mais on regrette que l'apport d'une telle technologie ne soit pas un peu plus percutant. Ce qui ressort de nos observations, c'est que le HDR adoucit l'image de bien belle manière, mais se voit quelque peu bridé par la direction artistique au niveau de l'étendue de la gamme de couleurs possibles. En effet, bien que plus coloré que son prédécesseur en activant l'option, Knack 2 conserve le plus souvent une approche un peu terne de la colorimétrie. Ainsi, le vert des arbres ne ressort pas suffisamment à notre goût, tout comme la couleur rouge pour donner un autre exemple. Dans certains environnements cependant, on note des efforts de ce côté, confirmant si cela était vraiment nécessaire qu'il s'agit bel et bien d'un choix artistique.

Pour revenir plus en détail sur la direction artistique, il ne faudra pas vous attendre au moindre remaniement. Le contraire eut évidemment été étonnant, les studios reniant rarement le travail effectué sur un jeu antérieur, mais si c'est cet aspect du jeu qui vous avait rebuté dans le premier volet, inutile de vous dire que vous ne trouverez assurément pas votre compte dans cette suite. En ce qui nous concerne, nous avons fini par nous y habituer, et même à développer un certain attachement pour le personnage de Knack (mais toujours aussi peu pour celui de Lucas). Autre élément qui ne bouge pas d'un iota par rapport au précédent volet, l'utilisation d'angles de caméra fixe, qui changent régulièrement quand on évolue au sein d'une même zone. Le studio a néanmoins plus soigné les points de vue choisis, qui sont parfois un peu audacieux et participent à la mise en scène plus efficacement que dans le premier jeu. Reste que ce choix s'accompagne toujours de quelques problèmes de lisibilité, quand un adversaire se retrouve au premier plan, nous obstruant la vue sur Knack, mais également lors de certaines séquences de plateforme, où la perspective choisie peut légèrement gêner. Fort heureusement, ces petits désagréments ponctuels ne deviennent jamais véritablement problématiques, d'autant que les points de contrôle très fréquents évitent de se sentir trop frustré quand cela arrive. Pour terminer sur la réalisation du titre, il nous faut mentionner la présence de deux modes d'affichage sur PS4 Pro, en très haute résolution ou en 1080p. En choisissant de ne pas favoriser la résolution, vous pourrez jouir d'un framerate plus élevé à 60 images par seconde, même si nous ne trouvons pas son apport spécialement déterminant dans un jeu comme Knack 2. En 4K, il est également possible d'opter pour un framerate débloqué, avec des fluctuations qui ne se ressentent pas trop violemment, le jeu semblant plutôt osciller autour des 30 fps dès que la caméra est plus éloignée (ce qui est le plus souvent le cas). Il est tout de même possible de bloquer le nombre d'images par seconde à 30 pour éviter les variations, même légères. Dans cette configuration, nous n'avons quasiment pas noté de ralentissements en 13 heures de jeu, y compris lorsque les particules de Knack entrent en action. On rappelle que le premier volet ne pouvait pas en dire autant.



Las Vargas

Mécaniquement parlant, Knack 2 reste plus ou moins fidèle à la proposition originale de son aîné, à savoir un mélange entre phases de plateforme et combat au corps à corps, mais avec une présence nettement accrue des premières. Celles-ci se veulent toutefois assez permissives, dans le sens où il est souvent possible d'user du tournoiement du personnage principal pour planer et éviter la chute. Comme dans le premier épisode, le jeu prend un malin plaisir à alterner les passages où Knack doit revenir à sa plus petite taille pour progresser le long de rebords étroits ou grimper de pierre en pierre, avec ceux où il peut conserver sa carrure maximale du moment (dépendant du nombre de reliques amassées en brisant les coffres adéquats). D'une manière générale, cette suite s'amuse avec les changements d'échelle, ce que le jeu des caméras souligne d'autant plus. Les séquences d'adresse où il faut éviter les pièges et bondir d'une plateforme mobile à l'autre sont légion, mais elles ne sont jamais difficiles ou bloquantes, facilitant ainsi une progression fluide dans les différents chapitres. On n'aurait certes pas dit non à quelques vraies énigmes, les rares puzzles ne demandant pas grand chose de plus que d'activer des interrupteurs ou de déplacer des caisses. L'exploration des niveaux au calme donne l'occasion de découvrir des morceaux de gadgets, que l'on peut ensuite activer une fois complétés (ceux-ci permettant par exemple d'étourdir les ennemis lorsque Knack brise un cristal ou d'afficher leur barre de vie), mais également des boîtes remplies de points d'expérience. Car en effet, Knack 2 se dote d'un système de progression qui prend la forme de quatre arbres de compétences, que l'on débloque une fois que l'on a acquis presque toutes les sphères dans l'un d'entre eux (la dernière, plus chère, n'étant pas nécessaire). On y débloque de nouvelles possibilités d'attaque, qui s'ajoutent aux techniques que l'on nous enseigne naturellement dans l'aventure au gré de l'avancement de l'intrigue, mais aussi une rapidité accrue pour la grande majorité des coups disponibles. Malheureusement, comme pour les gadgets, il peut être assez frustrant de n'avoir pu qu'effleurer le dernier arbre avant la fin du jeu, obligeant donc à opter pour le New Game + pour transformer Knack en véritable machine de guerre. Pour l'éviter, fouillez bien !

Le système de combat a beau être resté très proche de celui du premier volet, certaines choses ont changé depuis 2013, à commencer par les trois jauges liées aux cristaux jaunes, qui octroyaient à Knack des attaques spéciales. Il faut désormais se contenter d'une seule d'entre elles, qui n'a plus aucune vertu offensive, puisqu'elle fait maintenant office d'armure de protection. En la remplissant, Knack profite d'un système proche de celui de Master Chief, qui lui permet d'absorber des dégâts sans que cela n'affecte sa barre de vie. Une fois la jauge vidée, il ne faudra pas manquer ses esquives (toujours avec le stick droit), ni oublier de bloquer les attaques adverses en utilisant les reliques - pour former un petit bouclier circulaire. Celui-ci permet même de renvoyer les projectiles ennemis en le brandissant juste avant l'impact, une bonne façon de compenser l'absence d'armes à distance lorsque l'armée adverse en possède dans ses rangs. Pour le reste, Knack 2 a opté pour une approche assez simple du combat, avec des attaques légères (simple pression sur la touche carré ou rond) ou lourdes (pression prolongée), la possibilité d'utiliser une sorte de grappin pour attirer les ennemis vers soi, ou un boomerang pour les emprisonner quelques secondes (ou désactiver leur protection électrique). À mesure que l'on avance dans l'aventure, les possibilités offensives se diversifient, de même que les types d'adversaires rencontrés. Si certains d'entre eux vous obligeront toujours à les aborder avec des approches bien spécifiques (pour détruire leur bouclier ou leur bulle protectrice par exemple), nous avons trouvé que l'utilisation systématique de certaines attaques (l'appui long sur la touche rond pour ne pas la citer) permettait de se sortir de bien des affrontements, sans qu'il soit nécessaire d'user de toutes les possibilités d'attaque du personnage. De même l'esquive nous a semblé moins vitale pour survivre aux combats, dont la difficulté en mode normal est d'ailleurs beaucoup plus équilibrée. Si la mort peut toujours frapper très rapidement, il suffit souvent de se tenir à l'écart quelques secondes le temps de récupérer les reliques tombées sous les coups, comme on attend sagement que sa barre de vie remonte dans un FPS ou un TPS.



Jean-François Coopération

Cette plus grande accessibilité du titre n'est pas une mauvaise nouvelle, tant le premier opus avait subi les foudres de la presse pour ses pics de difficulté abusifs, mais ceux qui en veulent réellement pour leur argent devront se tourner vers les deux modes de difficulté supérieurs. Le mode coopération (en local uniquement hélas) est également pensé pour accueillir les plus jeunes joueurs, puisque la touche R2 permet de rejoindre instantanément son partenaire et que le jeu se charge de téléporter le retardataire quand celui-ci sort de l'écran. Toujours dans le but de rendre l'expérience moins contraignante, la récolte de cristaux augmente la jauge des deux joueurs, et il en va de même pour les compétences de Knack. Les attaques chargées du héros dédoublé sont quant à elles légèrement modifiées à deux, leur déclenchement amenant des effets supplémentaires quand les deux joueurs se font face. Mais si Sony clame haut et fort que Mark Cerny et son équipe ont totalement pensé l'aventure pour la coopération, nous n'avons pas trouvé qu'elle transcendait l'expérience solo. Là où il faut actionner seul plusieurs interrupteurs dans le mode un joueur, on gagne certes un peu de temps une fois accompagné, mais au delà de cela, on parlera plus d'un sympathique ajout que d'un passage obligé. À noter que les cinématiques agrémentées de QTE (qui reviennent d'ailleurs un peu trop régulièrement) demandent aux deux joueurs d'appuyer sur les touches qui apparaissent à l'écran, sous peine d'échouer lamentablement. Compte tenu du timing très large demandé, cela ne pose heureusement aucun problème. Les plus tatillons remarqueront cependant que la présence d'un second Knack (d'un joli bleu) n'est pas justifiée dans le scénario, et qu'il n'apparaît pas durant les cutscenes. On peut néanmoins parfois observer le héros qui arbore des particules rouges et bleues lorsque ses deux "versions" se réunissent pour ne former qu'un seul Knack juste avant une cinématique. Pas forcément indispensable à nos yeux, le mode coopératif reste une option très appréciable pour jouer en famille, même si la durée de vie du jeu pourra en être affectée légèrement, les combats s'abordant tout de même plus sereinement à deux que seul.

Knack 2 ne se contente pourtant pas d'un mode coopération et d'un New Game + (où l'on peut cette fois changer le niveau de difficulté) pour plaire aux joueurs. La campagne principale s'évertue par exemple à proposer quelques passages un peu différents sur le plan du gameplay pour amener un peu de variété à l'ensemble. De même, Knack peut toujours profiter d'altérations passagères, qui lui permettent de gagner des pouvoirs temporaires : en glace, il peut geler ses adversaires ou des mécanismes pour accéder à certaines zones ; en fer, il peut remettre le courant sur une plaque au sol reliée à une porte en se servant de ses reliques comme conducteur ; en cristal, il devient invisible une fois petit et peut donc traverser les rayons de surveillance qui balaient le complexe qu'il essaie d'infiltrer. En complément de l'histoire principale, Knack 2 n'oublie pas d'essayer d'inciter le joueur à lui tenir compagnie un peu plus longtemps. Ceux que le New Game + n'intéressera pas pourront par exemple relancer chacun des sous-chapitres du jeu via la carte du monde. En plus de pouvoir partir à la recherche des items restants à collecter (gadgets, coffres d'expérience, etc.), des objectifs de mission sont aussi proposés pour pimenter le tout (à la manière des trophées). Dans la section extra du menu, des défis chronométrés et des défis de combat attendent également les plus motivés. Dans les premiers, il s'agit d'atteindre la fin de la zone en un temps record, en passant par des anneaux (verts pour arrêter le chronomètre une seconde, jaune pour obtenir un boost) et en battant des ennemis si vous le désirez (sachant qu'un adversaire battu gèle aussi le chrono plus ou moins longtemps). Dans les arènes de combat, il faudra enchaîner les vagues de combattants le plus rapidement possible, en faisant augmenter le score (en ne se faisant pas toucher), un super cristal apparaissant dans les dernières vingt secondes. L'ajout est une excellente idée, puisque l'on peut utiliser son personnage amélioré et tous les gadgets découverts, et même comparer son niveau avec les autres joueurs (ou ses amis). On se demande donc pourquoi leur nombre est si limité (5 défis chrono et 3 arènes de combat, c'est tout).



Verdict


Après un faux départ en 2013, Knack revient dans un épisode mieux équilibré et plus généreux, à défaut de bouleverser la recette qui l'avait fait connaître. En tant qu'exclusivité, Knack 2 fait évidemment toujours pâle figure face au catalogue incroyable de Sony, mais on n'y passe pas un mauvais moment pour autant. Une suite dans la droite lignée du jeu précédent, ce qui ne convaincra pas davantage ceux qui conspuaient le bébé de Mark Cerny et de SCE Japan il y a quatre ans, mais pourra satisfaire les joueurs qui y avaient trouvé leur compte. Clairement pas un indispensable en cette rentrée, mais un de ces jeux que l'on parcourt sans déplaisir jusqu'à sa conclusion. Une conclusion qui semble d'ailleurs annoncer un éventuel retour... si le public est au rendez-vous ?

Les plus


+ Assez joli dans l'ensemble (en HDR)
+ Les changements d'échelle, toujours sympathiques
+ Une histoire et des personnages qui se laissent suivre
+ Une aventure assez longue pour le genre
+ Jouable en coop et enfant-friendly
+ Plus vraiment de passages frustrants (ou trop difficiles)
+ Fouiller l'environnement peut vite payer
+ Les modes de jeu supplémentaires (chrono et arène)
+ New Game + et chapitres rejouables pour les complétistes
+ On peut enfin choisir un autre niveau de difficulté en New Game +


Les moins


- La DA, toujours aussi sujette à débat
- Des environnements souvent très cubiques, la PS4 peut faire mieux
- Combats moins techniques si l'on ne s'en donne pas la peine
- Finir le jeu sans débloquer bon nombre de compétences et gadgets
- Le placement très métronomique des séquences de QTE
- La dernière partie aurait mérité quelques chapitres supplémentaires
- Trop peu de défis (chrono/combat) dans les extras
- Le HDR aurait pu être plus convaincant


Précisions sur les captures

● La vidéo solo montrant le début de l'aventure a été enregistrée en 1080p tandis que le jeu tournait dans le mode favorisant la résolution. Lors de ces captures, le jeu était locké à 30 images par seconde.
● Les deux vidéos très haute résolution montrent le personnage principal tel qu'il peut être en fin de jeu, avec des capacités qui ne sont normalement pas disponibles dans les chapitres présentés quand on les traverse la première fois. Nous en avons donc relancé certains une fois l'aventure terminée pour vous les proposer en vidéos. Le framerate avait également été bloqué à 30 fps pendant la capture.
● L'enregistrement de la vidéo "Défis" s'est fait dans le mode favorisant le framerate plutôt que la résolution. Comme pour les vidéos en mode résolution, le personnage principal profite de toutes les améliorations acquises pendant l'aventure.
● Les deux vidéos coop mettent en scène Davton et son fils de 9 ans. Pour avoir également fait tester le jeu dans cette configuration à un enfant de 6 ans et demi (en mode facile), il est tout à fait abordable pour des joueurs moins expérimentés, à condition de les accompagner.

Prologue
Coop #1
Coop #2
Mode très haute résolution #1
Mode très haute résolution #2
Défis en mode framerate
Analyse FPS (Mode résolution)
Analyse FPS (Mode framerate)

Tous les commentaires

Page 1 2 >>
Commentaire du 05/09/2017 à 09:29:22
La démo ne m'a vraiment pas convaincue alors que j'ai apprécié le 1er.
Flou, terne, HDR fadasse, répétitif (ok ce n'est que le tuto et celui du 1er n'était déjà pas fou mais quand même), pnj digne de la 64, vide...j'ai du mal à m'emballer cette fois...
Maintenant il n'y a pas grand chose sur PS4 pour moi cette année et ton test montre que c'est une suite plutôt correcte donc bon...
Commentaire du 05/09/2017 à 09:33:31 En réponse à Blackninja
Posté par Blackninja
pnj digne de la 64, vide...
Commentaire digne de la caricature du Marseillais. :p

Je pense honnêtement que le niveau de la démo est le plus mauvais du jeu (et le plus laid, même s'il ne faut pas vous attendre à un jeu incroyablement beau - il reste tout de même nettement plus réussi que son aîné). Knack 2 n'est pas un grand jeu, mais on n'a pas besoin de se forcer pour le terminer. Comme le premier donc en somme, mais en mieux. Pas le genre de titre pour lequel on s'emballe, avant d'y jouer ou même pendant ceci dit.
Commentaire du 05/09/2017 à 09:37:52 En réponse à Driftwood
C'était surtout pour les spectateurs sur les balcons avec les membres dont on voit clairement les jointures, j'aurais pu dire PS1 mais avec le filtrage des textures je maintiens, c'est de la 64^^

Bon si l'aventure est mieux que la 1ère c'est déjà ça alors.
Commentaire du 05/09/2017 à 09:40:27 En réponse à Blackninja
Je trouve juste que la toute dernière partie aurait gagné à être un peu allongée scénaristiquement parlant. Mais encore une fois, il ne faut pas t'attendre à une intrigue d'une incroyable profondeur.
Commentaire du 05/09/2017 à 09:42:55 En réponse à Driftwood
Posté par Driftwood
Mais encore une fois, il ne faut pas t'attendre à une intrigue d'une incroyable profondeur.
Je me doute que ce n'est pas aussi poussé que Mario.
Commentaire du 05/09/2017 à 11:08:51
Il y a vraiment un débat sur la D.A. ? C'est juste la plus mauvaise réalisée depuis bien des années ...
Commentaire du 05/09/2017 à 11:26:26
Pour avoir vu les premiers tests sur d'autres sites, désolé j'ai pas eu le courage de lire celui ci, juste regarder la fin, vous semblez gentil, contrairement aux autres

On semble proche du navet apparemment
Commentaire du 05/09/2017 à 12:21:00
Édit ign lui colle un 7.2 néanmoins pas si catastrophique
Commentaire du 05/09/2017 à 12:29:28 En réponse à bangy78
C'est parce que comme GSY, IGN est payé par Sony. C'est la seule explication à un test favorable pour un "navet".
Commentaire du 05/09/2017 à 12:33:07 En réponse à bangy78
Non ce n'est pas un navet, comme ReCore n'en était pas un l'an dernier malgré les mauvais tests. Il y a même des chances qu'il soit meilleur que Lucky's Tale. :P
Commentaire du 05/09/2017 à 13:01:07 En réponse à Driftwood
Posté par Driftwood
Non ce n'est pas un navet, comme RzCire n'en était pas un l'an dernier malgré les mauvais tests. Il y a même des chances qu'il soit meilleur que Lucky's Tale. :P
Méfie toi de Lucky's tale, il est possible que ce soit un plateformer très agréable!
Commentaire du 05/09/2017 à 13:02:55
Rzcire connais pas ! Concernant Lucky tale j'aime sa Da après je pense qu'il doit être un peu difficile pour un enfant par exemple.
Après certains de vos confrères Knack 2 ils ont pas été tendre. Mais j'ai toujours pas le courage de lire le votre Mea Culpa.
Commentaire du 05/09/2017 à 13:06:02 En réponse à eskyves
Non je te rassure sa réponse est dirigée vers moi, sachant que je suis joueur Xbox ;) mais je pense que Lucky est un bon plate forme on verra à sa sortie, mais j'avais aucunnement l'envie de les comparer.
Commentaire du 05/09/2017 à 13:11:47 En réponse à eskyves
Posté par eskyves
Méfie toi de Lucky's tale, il est possible que ce soit un plateformer très agréable!
Je l'espère vraiment, mais entre sa DA quelconque et son approche du gameplay qui semble vue et revue, il va avoir du boulot. On est loin de la maestria d'un Ori.

Je parlais de ReCore sinon, les joies du téléphone portable.
Commentaire du 05/09/2017 à 13:25:04
J'ai adoré le premier et donc je prendrai ce second avec plaisir mais pas tout de suite à cause de Destiny 2 (j'attendrai une baisse de prix).
Commentaire du 05/09/2017 à 13:26:37 En réponse à bangy78
Posté par bangy78
Mais j'ai toujours pas le courage de lire le votre Mea Culpa.
???
Commentaire du 05/09/2017 à 13:27:31 En réponse à Driftwood
Posté par Driftwood
Je l'espère vraiment, mais entre sa DA quelconque et son approche du gameplay qui semble vue et revue, il va avoir du boulot. On est loin de la maestria d'un Ori.

Je parlais de ReCore sinon, les joies du téléphone portable.
C'est sur que l'originalité n'est pas de mise, il va falloir qu'il soit solide sur le gameplay.

Ori est clairement pas sur la meme planète!
Commentaire du 05/09/2017 à 13:47:16 En réponse à eskyves
Posté par eskyves
C'est sur que l'originalité n'est pas de mise, il va falloir qu'il soit solide sur le gameplay.

Ori est clairement pas sur la meme planète!
Le gros soucis pour Lucky's take, dans sa version E3 en tout cas, c'est la caméra qui est juste insupportable. Elle est censé être corrigée dans le jeu final, mais tel quel c'est catastrophique.
Commentaire du 05/09/2017 à 14:31:31
Le gros soucis pour Lucky's take c'est surtout un gameplay fade mais fade... Alors sur Occulus c'est sympa comme grosse démo mais franchement... c'est lent sans intérêt niveau gameplay etc, cela reste sympa comme premiere approche de la plateforme pour les enfants...

tu parles de Ori? juste mon jeu préféré de cette gen je pense...
Commentaire du 05/09/2017 à 14:32:16 En réponse à eskyves
Posté par eskyves
C'est sur que l'originalité n'est pas de mise, il va falloir qu'il soit solide sur le gameplay.

Ori est clairement pas sur la meme planète!
Oui Ori est hors concours. Le plus beau que j'ai vu dans le genre. Et il semble que le 2 soit encore plus magnifique :o. Lucky's Tale semble mignon mais pour le reste c'est pas fou.

Pour Knack 2, je fais parti de ceux qui n'accrochent pas du tout à la DA. Mais en terme de gameplay ça peut être sympathique une fois dedans.
Commentaire du 05/09/2017 à 14:38:11
Perso, je l'ai trouvé moins bien que le premier.

Dans certains cas, le jeu ressemble trop au premier (puzzle, plateformes) et n'apporte juste rien. C'est ultra générique.

Dans d'autres, (à savoir la baston), il part sur un trip différent du premier, en devenant un beat'em all axé sur une plus grande variété de coups, sauf que la variété des ennemis, elle, passe à la trappe.

Sans compter cette caméra fixe qui, plus encore que le premier, s'avère inadaptée à l'action (marre des sniper dont tu dois renvoyer les projectiles alors qu'ils sont en dehors de l'écran).

A la fin, j'étais juste heureux que cela s'arête tant je trouvais ça laborieux (l'écriture étant d'ailleurs assez mauvaise). J'avais platiné le premier avec plaisir, je n'en ferai pas autant pour celui-ci.
Commentaire du 05/09/2017 à 15:01:54 En réponse à cryoakira
Merci de ton avis, je le raye définitivement de ma shopping list.
Commentaire du 05/09/2017 à 15:05:29 En réponse à Blackninja
Mais tu finiras par le faire et le trouver sympa finalement. :D
Commentaire du 05/09/2017 à 15:16:00 En réponse à Driftwood
Je m'insurge, Blackninja est un homme qui ne change jamais son fusil d'épaule.

Sauf pour la Switch.

Et pour la One X.

Et pour Mario + The Lapins Crétins.

Et etc :p
Commentaire du 05/09/2017 à 15:26:44 En réponse à davton
J'ai hésité entre Lapin et Knack pour prendre Lapin justement/La review somme toute descente de Drift m'a fait hésiter sur K2 mais entre toutes les mauvaises critiques, la démo naze et l'avis de Cryo c'est non cette fois.
D'ailleurs pour la petite histoire je suis à deux doigts d'annuler la préco de la X pour faire bonne mesure.
Page 1 2 >>

A propos du jeu


Quoi de neuf ?
  • CaptainTARASS
    CaptainTARASS [url] (il y a 17 Heures)
  • CaptainTARASS
    CaptainTARASS Un vrai mode solo et plein d'autres choses pour Gt sport (il y a 17 Heures)
  • cryoakira
    cryoakira @GTB: en même temps, Trump au pouvoir, les Rep tiennent les chambres... C'est now or never. (il y a 22 Heures)
  • skiwi
    skiwi @GTB: ça va avec la tendance actuelle... (il y a 22 Heures)
  • GTB
    GTB @cryoakira: Ils cassent les couilles avec ça. Ils l'achent pas l'affaire malgré les échecs. (il y a 22 Heures)
  • CraCra
    CraCra dans un premier temps (il y a 1 Jour)
  • cryoakira
    cryoakira @CraCra: ce serait limité aux US si ça passait. [url] (il y a 1 Jour)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer