GSY REVIEW | PC, PS4, Xbox One Jeudi 7 mars 2019 | 09:30

GSY Review : Devil May Cry 5

GSY Review : Devil May Cry 5

La célèbre agence du chasseur de démons a connu des hauts, des bas avec le décevant DMC2, ainsi qu'un sympathique épisode non canonique sobrement intitulé DmC, dernier titre en date. Devil May Cry 5 fait donc suite au 4ème opus sorti en 2008 et nous conte un tout nouveau périple en compagnie de Dante, Nero et du mystérieux V, trois protagonistes jouables au gameplay diamétralement différents. Capcom semble avoir trouvé la bonne recette ces derniers temps et enchaîne presque avec insolence les excellents jeux, comme Resident Evil VII, Monster Hunter World ou plus récemment le remake de Resident Evil 2. La roue va t-elle finir par tourner en défaveur de la firme japonaise ? On vous spoile d'entrée de jeu, ce ne sera pas pour tout de suite...






Nero-cambolesque

Comment vous résumer l'histoire en évitant au maximum les spoilers ? Bien, lançons-nous. Grosso modo, Nero se fait voler le Devil Bringer par un mystérieux homme encapuchonné, un gigantesque arbre démoniaque pousse soudainement au milieu de Red Grave City, la laissant en proie au chaos et aux démons, et Dante qui semblait chômer depuis l'incident de l'Ordre de l'Épée trouve un nouveau contrat par le biais de son agent Morrison. Un certain V vient lui demander en personne de venir l'aider à éliminer un démon visiblement beaucoup plus puissant qu'à l'accoutumée. Point intéressant à prendre compte ici, les faits de ce scénario ne nous sont pas contés dans l'ordre chronologique, et de nombreux flash-backs viendront s’immiscer au fil des missions, d'où l'importance de bien prendre garde aux dates et horaires au début de chaque mission. Nous n'en dévoilerons pas plus, mais sachez que l'histoire de ce DMC5, bien qu'assez basique et conservant un petit côté série Z plein d'humour, enchaîne rebondissements et de révélations venant alimenter le Lore de la saga pour le plus grand plaisir des fans, et que sa fin en apothéose devrait réjouir plus d'un connaisseur. DMC c'est aussi une galerie de personnages, et outre les trois protagonistes jouables sur lesquels nous reviendrons sous peu afin d'évoquer leur gameplay, on retrouve également Trish et Lady, qui font plus acte de présence qu'autre chose, et surtout Nicoletta Goldstein, Nico pour les intimes. Armurière de génie pleine d'humour, elle est la petite fille de Nell, l'armurière de légende ayant, entre autres, créé Ebony et Ivory, les 2 mythiques pistolets de Dante. Si Nico est l'inventrice des Devil Breakers, bras de remplacement aux fonctions variées pour Nero, elle sert aussi de boutique générale et permet d'acheter les nombreuses compétences de nos trois héros, dont seules les jauges de vie et de Devil Trigger sont communes. Vous pourrez l'appeler à chaque fois qu'un téléphone public se présentera (généralement avant les boss), et elle rappliquera aussitôt avec son indestructible van occasionnant une saynète souvent hilarante et différente à chaque fois. Pour finir sur ce truculent personnage de Nico, en sus de sa capture faciale des plus réussies grâce à diverses mimiques, son doublage anglais (les voix étant aussi disponibles en japonais) avec cet accent du sud des États-Unis plouc au possible lui sied aussi comme un gant. On applaudit la performance !

Devil May Cry reste avant tout un Beat'em All, le point crucial étant par conséquent son gameplay. Le bourrinage de touches sera vite limité car les différents démons que vous croiserez ont diverses spécificités qui nécessiteront des approches différentes. II faudra par exemple attendre que ceux qui sont équipés d'un bouclier baissent leur garde, éviter les attaques imparables d'autres, faire attention aux ennemis qui arrivent par les airs et ainsi de suite, sans oublier les nombreux boss et leurs patterns uniques. La base me direz-vous, certes, mais nous voulions juste nous assurer que cela est bien clair pour tout le monde. Avec ses trois protagonistes jouables, le jeu propose trois types de gameplay complètement différents. Commençons par Nero, déjà aperçu dans DMC4. Le bougre a perdu son bras démoniaque, mais qu'à cela ne tienne, grâce au talent de Nico, il peut désormais revêtir des Devil Breakers, bras mécaniques à usage limité et aux fonctionnalités aussi diverses que variées. Pourquoi à usage limité ? Parce que ces bras sont à considérer comme des consommables, et qu'ils peuvent (doivent) être détruits volontairement ou accidentellement. Vous pourrez en récupérer plusieurs à la fois (soit en explorant les niveaux, soit en les achetant à Nico) en fonction du nombre d'emplacements que vous aurez au préalable débloqués. La particularité – qui avouons-le, nous a pas mal chagrinés – est qu'il est impossible de switcher entre ces différents bras. Le dernier bras ramassé étant équipé par défaut, il faudra le détruire via la touche L1/LB pour passer au suivant, ce qui est quand même un choix de game design discutable vu qu'en fonction des situations, certains types de bras seront plus utiles que d'autres. Heureusement, vous pourrez toujours les échanger à volonté via la boutique de Nico, et en profiter pour stocker certains modèles plus rares.

En revanche, dans le feu de l'action, il est frustrant de devoir parfois détruire plusieurs bras d'affilée afin d’accéder à celui dont on a besoin à ce moment précis. Sachez que la destruction d'un DB pourra également vous sortir de mauvais pas (ou utiliser une attaque ultime en le chargeant), et que vous le perdrez également si vous vous faites toucher pendant son utilisation. À titre d'exemple, vous pourrez vous amuser avec le Punch Line sur lequel Nero peut surfer, produire des ondes de choc permettant les esquives aériennes avec le Gerbera, ou encore profiter d'un ralenti temporel dans une zone délimitée avec le Rag Time. À noter que certains bras sont réservés à la version deluxe, mais que ce ne sont pas nécessairement les plus intéressants, comme le MegaBuster qui reprend l'arme de Megaman, clin d’œil amusant mais pas des plus efficaces en combat. Par ailleurs, le grappin cher à Nero - et indispensable pour les combos à rallonge et afin de ramener un ennemi vers soi y compris dans les airs -, est toujours accessible via la touche de verrouillage, et ce même lorsque vous n'avez plus aucun Devil Breaker en réserve. Nero dispose toujours de Blue Rose, son revolver à double canons pour les attaques à longue portée, et de Red Queen, son épée motorisée qu'il est possible de charger sur plusieurs niveaux dans le but d'accentuer la puissance des coups et des dégâts. C'est indéniablement le personnage le plus simple à prendre en main des trois, et les habitués de DMC4 ne devraient pas se sentir perdus.



V tout casser si vous touchez au fruit de mes entrailles...

Passons à V, le mystérieux nouveau venu et sa jouabilité atypique. Faible en soi (il ne se déplace pas avec une canne juste pour se donner en genre), V a le don d'invoquer plusieurs créatures pour l'aider à combattre. Un oiseau qui n'a pas sa langue dans sa poche aux attaques électriques pour la moyenne portée, une panthère pour le corps à corps et, à l'occasion, un énorme golem le temps d'une activation de Devil Trigger. Vous l'aurez compris, tout en contrôlant ses compagnons, V devra rester à l'écart et éviter au mieux de se retrouver dans le feu de l'action. Sauf que ce n'est pas aussi simple que cela peut paraître, puisque vos fidèles animaux possèdent également une jauge de vie et peuvent se faire mettre K.O. pendant un certain temps - qui peut être écourté si vous restez à côté de la sphère qui représente leur corps. C'est à dire que vous pouvez tout à fait vous retrouver seul au beau milieu d'un combat avec vos camarades inactifs, et là, bonjour la galère si vous n'avez pas une barre de Devil Trigger en réserve pour vous sortir de ce bourbier. Et cela ne s'arrête pas là puisque, petite subtilité, si vos assistants doivent réduire la vie des démons à leur minimum, ils ne peuvent les achever, ce travail revenant à V via une touche spécifique. Fort heureusement, V pourra se téléporter sur de courtes distances afin d'atteindre l'ennemi en question plus rapidement, et votre oiseau sera en mesure de vous éloigner du feu de l'action juste après. Au final une fois maîtrisé, on a l'impression de diriger une chorégraphie à distance à laquelle on viendrait juste mettre les points finaux. Une approche franchement originale et pas désagréable, surtout une fois la majorité des attaques débloquées, ce qui laisse plus de possibilités qu'on ne pourrait l'imaginer initialement avec un tel personnage.

Enfin, une fois Nero et V domptés et après avoir atteint la moitié des missions tout de même, vous aurez l'honneur d'incarner Dante. Et là, quelle claque ! Non seulement le bougre se permet d'entrer en jeu avec plus de possibilités que Nero et V réunis, mais en plus il rajoute quasiment à chaque nouveau chapitre une nouvelle arme ou un nouveau pouvoir. Au final, ce ne sont pas moins de quatre armes de corps à corps interchangeables à la volée avec la gâchette gauche, dont la nouvelle Cavaliere, une moto qui se transforme en deux épées (si si) et qui défouraille tout autour de soi, quatre armes à feu (dont le chapeau offert par Nico qui occasionne une séquence particulièrement cocasse et qui utilise les démonites rouges comme projectiles), le tout cumulable avec les quatre styles habituels ainsi que deux transformations. On ne va tout énumérer ici, cela serait futile mais sachez que la liste des coups déblocables et les variantes possibles qui en résultent sont tout simplement hallucinantes. Alors les habitués diront que ce n'est pas nouveau - depuis DMC3 Dante à toujours eu un gameplay des plus riches il est vrai -, mais là on y ajoute de nouvelles possibilités, des armes inédites et même une nouvelle transformation que nous nous garderons bien de vous dévoiler en détail. Bref, on se sent emportés dans un tourbillon de combos qui fusent, le switch entre les styles via la croix est immédiat et jouissif, haut pour les dashes, droite pour les coups spéciaux des armes de corps à corps, bas pour contrer quasi n'importe quelle attaque et gauche pour les armes à feu. Tout se fait de façon fluide et naturelle, l'on finit par retrouver ses marques, et les notes de style SSS pleuvent. Le pied est total, au point de regretter de ne pas y avoir eu accès plus tôt, et surtout d'espérer de ne pas avoir à rejouer les deux autres énergumènes (ce qui sera le cas mais de façon très succincte) qui font après coup bien pâle figure en termes de possibilités - même si on les apprécie bien quand même. Cerise sur le gâteau, il est toujours possible d'aller faire un tour dans Les Limbes, salle d'entraînement permettant d'apprendre des combos contre un mob au choix et sans aucune restriction. Capcom a même pensé à inclure un mode automatique pour que les plus novices puissent aussi profiter du spectacle et réaliser de jolis combos sans s'arracher les cheveux. Alors, elle est pas belle la vie ?



Dante rêves

Si la durée de vie avec ses 20 chapitres côtoie celle d'un DMC4 (que l'on estime entre 15 et 20 heures – n'ayant pas d'indication sur notre temps de jeu pour un premier run en mode Chasseur de Démons avec la moitié des missions secrètes effectuées), DMC5 a le mérite de ne pas tomber dans le piège des allers-retours discutables de son aîné. Les redites y sont minimes, et même l'une des deux missions qui pourra être rejouée avec un personnage différent, propose une route alternative (l'autre étant une suite d'arènes avant un boss). Les environnements alternent entre les décors urbains chaotiques de Red Grave City, une ville imaginaire mélangeant le design de plusieurs grandes villes (dont Londres et New York), et des niveaux plus organiques, parfois naturels, mais plus souvent démoniaques et un peu redondants sur la fin. En termes de level design, on reste sur des niveaux en couloir, pas de zones ouvertes ni de HUB ici, ce qui ne signifie pas pour autant que vous traverserez les niveaux en ligne droite constamment. Le titre n'est pas avare en zones cachées, en détours et autres secrets qui nécessitent un minimum d'exploration et d'observation. Un mur destructible, un rebord inaccessible de prime abord ou une porte à la fermeture chronométrée ne sont que quelques exemples de ce qui vous attend si vous souhaitez récolter un maximum d'orbes sanglantes, et découvrir toutes les orbes bleues et violettes afin de maximiser respectivement vos jauges de vie et de Devil Trigger. Bien entendu, les missions secrètes sont toujours d'actualité, et vous demanderont de reconstituer un symbole en orientant la camera depuis un point précis avant de pouvoir les lancer. D'ailleurs, pour les plus étourdis ou ceux qui, tout comme nous, possède un sens de l'orientation qui frôle le néant, les développeurs ont pensé a ajouter une aide qui oriente la camera vers la route principale en maintenant L3. Cela n'a l'air de rien dit comme cela mais nous avons trouvé cet ajout fort utile pour trouver les différents secrets que l'on vient d'évoquer.

Un mot sur les fonctionnalités en ligne. Le jeu possède un système dit de Caméo où parfois, certaines missions seront vécues en parallèle par plusieurs héros. Vous pourrez apercevoir V se battre au loin au cours d'une mission par exemple, et il se peut dans ce cas précis, que vous tombiez sur un autre joueur. Il sera même possible dans de rares cas d'affronter certains boss à deux. Cela reste cependant très sommaire, aussi n'espérez pas parcourir le jeu en coopération ni même invoquer un ami à la manière d'un Dark Souls. Les musiques sont toujours dans la même veine et collent bien à l'action, les petits veinards qui opteront pour les éditions deluxe pourront même appliquer un thème à chacun des trois héros parmi plusieurs musiques tirées d'anciens opus. Finissons avec la partie technique et visuelle. Le RE Engine montre une fois de plus qu'il en a dans le ventre, avec des graphismes fins et détaillés. Les éclairages des différents environnements ont fait l'objet du plus grand soin et les textures ainsi que les divers effets spéciaux ne déçoivent pas non plus. Les animations sont également assez remarquables et d'un naturel saisissant en combat, mais aussi en cinématique où les visages font leur petit effet. Allez, histoire de chipoter un peu, il est vrai que ces derniers in-game ne sont pas aussi convaincants, mais il faut user du mode photo et de son zoom pour vraiment s'en apercevoir. Niveau fluidité, la PS4 Pro en mode 1080p parvient à maintenir un 60 fps quasi parfait in-game (on a juste remarqué deux minuscules chutes en exploration). C'est un peu moins le cas des cinématiques qui, à l'instar de celles de Resident Evil 2, sont sujettes à quelques saccades malgré un nombre d'images par seconde réduit de base. Pas de quoi vous gâcher l'aventure cependant, contrairement au satané ventilateur de la PS4 Pro qui a la fâcheuse tendance à s'emballer sans raison apparente, notamment dans les menus. Sur Xbox One X en revanche, pas de nuisance sonore à signaler. Enfin, pour en finir avec les rares défauts du titre, on notera des chargements réguliers, surtout entre les différents menus, mais franchement pas de quoi fouetter un démon...



Verdict


N'y allons pas par quatre chemins, si vous aimez un tantinet soit peu le genre ou la série, Devil May Cry 5 est un incontournable. Plutôt joli et parfaitement fluide grâce au RE Engine, ce nouvel épisode propose un programme tout particulièrement alléchant : un gameplay varié avec trois styles complètement distincts (dont un Dante toujours hallucinant de possibilités), un scénario aux multiples retournements et révélations faisant avancer la saga, une galerie de personnages hauts en couleurs (dont la pétillante Nico), ainsi qu'une bonne replay value avec, comme à l'accoutumée, de nombreux modes de difficulté à débloquer. S'il subsiste encore quelques défauts mineurs, il faudrait être bien blasé pour faire la fine bouche ici. Meilleur que ses aînés, DMC5 est l'un des tout meilleurs Beat'em All de ces dernières années. Il peut même se targuer d'être le prince émérite de sa catégorie, aux côtés du roi Ninja Gaiden Black et de la reine Bayonetta. Chapeau bas Capcom !



Les plus


+ Beau et fluide, le RE Engine dans toute sa splendeur
+ Gameplay de Dante orgasmique et d'une richesse ahurissante
+ 3 héros pour 3 styles totalement différents
+ Scénario classique mais plein de rebondissements
+ Certaines cinématiques envoient du bois
+ La truculente Nico et son doublage anglais
+ De nombreux boss, dont quelques-uns dantesques
+ Level design soigné malgré l'aspect couloir inhérent au genre
+ Une touche pour nous orienter, riche idée



Les moins


- Des chargements réguliers dans les menus et entre les missions
- Ne pas pouvoir switcher librement entre les Devil Breakers de Nero
- Il faut atteindre la moitié du jeu avant de pouvoir jouer Dante
- Le ventilo de la PS4 Pro s'emballe régulièrement
- Pour chipoter, le mode photo ne propose que le strict minimum

Prologue #1 (4K/XB1X)
Prologue #2 (4K/XB1X)
Boutique (4K/XB1X)
Égouts & bibliothèque (4K/XB1X)
Boss (4K/XB1X)
V pour Vendetta (4K/XB1X)

Tous les commentaires

Commentaire du 07/03/2019 à 18:57:23
Nero dans la demo m avait parru bien moins fun à jouer que le Nero de DMC4 avec ces histoires de devilbreaker vous confirmez ? (en tout cas vous avez l'air..)
Dieux que j'attends de me faire plaiz avec Dante.

meilleur gamplay au monde pour moi tout simplement. Je ne comprends pas comment un God Of War peut être mieux reçu par la critique d ailleurs...
Commentaire du 07/03/2019 à 19:51:37 En réponse à TheDud
Posté par TheDud
Nero dans la demo m avait parru bien moins fun à jouer que le Nero de DMC4 avec ces histoires de devilbreaker vous confirmez ? (en tout cas vous avez l'air..)
Non, il est aussi fun et possède même plus de possibilités que dans DMC4. L'idée des Devil Breakers avec les diverses fonctionnalités est excellente. Mais effectivement, la mécanique de devoir détruire un bras pour pouvoir en utiliser un autre me paraît personnellement étrange, c'est juste ce point précis que je critique.
Commentaire du 07/03/2019 à 23:02:14 En réponse à TheDud
Il est, aux vues des notes anglophones, très très bien reçu
Commentaire du 08/03/2019 à 00:22:33
Vendu, en cours de download!
Commentaire du 08/03/2019 à 10:29:03
Pour les ventilos de la PS4 Pro, c'est un truc qui me rend fou sur pas mal de jeux, et parfois sans raison apparente... Quel retour en arrière!
Commentaire du 08/03/2019 à 22:25:35 En réponse à CaptainTARASS
J'ai une 7216B le châssis lancé avec le pack RDR2, pour le moment (je n'ai pas DMC V enfin si mais sur PC) je ne l'entends pas en jeu quelque soit le titre, je l'ai depuis fin octobre.

Mon ancien modèle (une 7116B) faisait un boucan pas possible sur GOW ou RDR 2, sur le nouveau châssis je l'entends à peine. La elle à 4 mois pour le moment RAS
Commentaire du 09/03/2019 à 13:21:23
"Capcom is back" comme dirait l'autre :)

Merci pour la review, je n'ai joué qu'à l'épisode de Ninja Theory mais la démo m'a bien plu et cet avis ne fait qu'enfoncer le clou :)
Commentaire du 09/03/2019 à 16:51:40
Pas convaincu finalement, je reste sur DmC en attendant Bayo 3
Commentaire du 10/03/2019 à 10:14:18
J'ai finir mon premier run hier soir. C'était exceptionnel. J'ai vraiment été choqué par le niveau de maîtrise avant tout technique mais surtout leur gameplay est aux petits oignons. Pas pour rien qu'on y trouve un mode training, y a tellement de choses à exploiter, tellement de techniques et subtilités, c'est très très agréable. Capcom a été super généreux en terme de variété de gameplay et la maîtrise du core du beat em all ferait presque tourner la tête !

Allez le vrai jeu commence désormais, on passe au deuxième run.

Et sincèrement le rendu et les visages.... je crois pas qu'on trouve mieux sur console.
Commentaire du 10/03/2019 à 11:23:45 En réponse à Piteur_Parcoeur
J'ai le même modèle que toi et effectivement elle est silencieuse lorsque je joue en mode normal; par contre dès que j'active le mode multi-échantillonnage (je dispose d'une télé que 1080p) là la mienne se transforme en vraie turbine.

Sinon pour en revenir à DMC5, au départ j'étais pas du tout parti pour l'acheter vu que j'ai d'autres jeux sous le feu et que c'est pas spécialement mon style de jeu à la base (j'ai dû jouer au premier et au 3, mais je trouvais le design des monstres vraiment trop raté), et puis finalement j'ai craqué à nouveau.

Capcom semble en grande forme en ce moment: après le remake de RE2, maintenant ce DMC5 qui semble lui aussi excellent...
Commentaire du 10/03/2019 à 15:32:45
Idem que toi surtout que je n'avais pas aimé la démo mais après votre test et les VOD d'At0mnium je me suis jeté dessus et j'adore. Bon je joue en Dazmode et je suis loin d'utiliser toutes les techniques mais le peu est vraiment génial, super fluide et très joli.

Une fois fini on débloque les autres modes et on conserve tout notre arsenal si on lance un second run? Dire que j'avais fini dmc4 en Dante must Die.... Une autre époque :xD
Commentaire du 10/03/2019 à 15:48:31 En réponse à Dazman
Posté par Dazman
Une fois fini on débloque les autres modes et on conserve tout notre arsenal si on lance un second run?
Absolument, c'est le principe.
Commentaire du 10/03/2019 à 17:08:30
Je suis pas hyper fan des environnements de cet opus et certain choix de DA (le moteur assure par contre), mais d'un point de vue gameplay ça semble bien bien solide.

Daz> Apparemment c'est là que le jeu commence réellement en fait. En attendant le Bloody Palace ^^.
Commentaire du 10/03/2019 à 17:49:36 En réponse à guts_o
Posté par guts_o
Absolument, c'est le principe.
Je savais en mode normal mais je me posais la question en Dazmode.
Commentaire du 10/03/2019 à 20:40:08 En réponse à Dazman
Je n'ai pas fait le mode Human, mais j'imagine que le principe reste le même. Après ça ne te débloquera peut être pas directement la difficulté Son of Sparda du coup.
Commentaire du 10/03/2019 à 21:50:33
Le mode Heaven or Hell m'intrigue...
Commentaire du 10/03/2019 à 22:12:10 En réponse à Dazman
Heaven or Hell, tu tues en un coup et tu meurs en un coup, c'est quitte ou double. Hell or Hell, les ennemis sont super forts et résistants... mais tu meurs en un coup.
Commentaire du 10/03/2019 à 22:42:03
Oui j'ai lu ce que fait ce mode et c'est clair que j'ai envie de le faire.
Quant à HorH si une personne le fini en Rang S il a touton respect éternel :xD

A propos du jeu
  • Devil May Cry 5
  • PC, PS4, XBOXONE
  • Edité par Capcom
  • Developpé par Capcom
  • Sortie française: Dispo
  • Sortie américaine: Dispo
  • Sortie japonaise: Dispo


Quoi de neuf ?
  • face2locust
    face2locust Merci Google d'avoir contourner ABP et de placarder des pubs partout!!! (il y a 3 Heures)
  • Piteur_Parcoeur
    Piteur_Parcoeur @Dazman: J'ai pas ressenti de difficulté insurmontable pour le moment (il y a 8 Heures)
  • Driftwood
    Driftwood @GTB: faudra déjà qu'on reçoive le jeu. Et du coup, après tout le monde, l'intérêt va être moindre... (il y a 9 Heures)
  • GTB
    GTB Une review ou impression GSY de prévu d'ailleurs? (il y a 9 Heures)
  • Dazman
    Dazman @Piteur_Parcoeur: pour le menu frottin oui mais pour les mid boss c'est plus hard. En tout cas l'ogre j'y arrive pas. (il y a 10 Heures)
  • Piteur_Parcoeur
    Piteur_Parcoeur @Dazman: J'y joue depuis ce matin et je le trouve bien plus facile qu'un Darksouls ou un Bloodborne perso (il y a 10 Heures)
  • Dazman
    Dazman @Lynn0ne: et je vois des YTbeurs qui y arrivent en 1 fois sans se faire toucher. Avec moi le boss a pas le même comportement. Bizarre. Mais je vais persister. L'univers est fabuleux. (il y a 10 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer